se blog représente ma passion

Publié le par jean-luc

histoire du macaron

Le macaron apparaît en Europe au Moyen Âge où il va se diversifier et trouver de nouvelles formes et saveurs. D’Italie, il passe en France à la Renaissance. Curieusement, cependant, il n'est pas mentionné dans le Traité des confitures et fardements publié par Nostradamus en 1552. Il apparait, la même année, pour la première fois en français, sous la plume de Rabelais, dans le Quart livre[1] sans que l’on puisse déterminer avec précision à quelle recette il fait référence.

On trouve des écrits[2] qui présentent la recette du macaron sous le nom de Louzieh d'une confiserie omeyyade qui fut offerte à un calife Ottoman au XVe siècle en Syrie.

Au Moyen Âge, le « macaron » désignait deux produits différents : le gâteau, mais aussi un potage avec des éléments en farine qu’on mangeait avec du fromage râpé, de la cannelle et du safran et que l'on a appelé « macaroni » à partir, seulement, du XVIIe siècle. D’où la difficulté, parfois, de savoir à quels produits les sources historiques font référence.

Avant de s’unir deux à deux, ce petit gâteau à base d’amandes, de sucre et de blancs d’œufs, croquant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur se présentait tout seul. S'il est cité par Rabelais, son origine reste obscure. Pourtant bon nombre de villes en ont revendiqué la paternité et bon nombre de légendes se sont créées.

Certains prétendirent que ce «  nombril du moine (Larousse gastronomique) » fut créé en 791 dans un couvent près de Cormery, d’autres que Catherine de Médicis l'apporta d’Italie quand elle entra dans la famille royale française. La première recette de macaron figure dans un ouvrage du début du XVIIe siècle.[réf. nécessaire]

À Joyeuse en Ardèche il apparaît en 1581 rapporté de la cour du roi Henri IIICatherine de Médicis, mère du roi, le fit servir lors des noces du Duc Anne de Joyeuse. Le Macaron de Joyeuse est à base d’amandes et entièrement craquant.

Au Pays basque, à Saint-Jean-de-Luz, le macaron est apparu sous l'impulsion d'un pâtissier, M. Adam, qui en offrit à Louis XIV pour son mariage en 1660. Depuis lors, les descendants du pâtissier perpétuent la tradition.

À Paris, et en particulier à la Cour de Versailles, les officiers de bouche portant le nom de Dalloyau, ancêtres de ceux qui fonderont en 1802 la maison de gastronomie du même nom, servaient les Rois de macarons, de 1682 jusqu'à Louis XVI et Marie-Antoinette.

En Lorraine, le macaron est apparu sous l'égide des Dames du Saint-Sacrement, dans une recette tenue secrète depuis le XVIIIe siècle. La recette des macarons de Boulay est apparue en 1854. Ces macarons perpétuent la recette initiale et présentent la particularité d'être à croute dure et à intérieur fondant.

Enrichi de confitures, d’épices, de liqueurs, les coques de macaron vont être accolées deux à deux dans les années 1830. Puis à la fin du XIXe siècle naît « le macaron parisien » ou « Gerbet ». Un cœur de crème au beurre ou de confiture/compote est rajouté entre les deux coques. On le trouve dès 1880 dans le quartier de Belleville à Paris. Il est popularisé dans le Quartier latin par le salon de thé Pons, aujourd'hui disparu, ainsi que par la maison Ladurée qui les teinte en tons pastel indiquant leur parfum. Cette dernière maison introduit la notion de "macarons de saison" correspondant à des parfums qui ne sont disponibles que pendant trois mois.

La présentation actuelle, sucrée et parfumée, n'a que peu de rapport avec les macarons lorrains au parfum d'amande, à la croûte croquante et fondants à l'intérieur.

En 1968, la pâtisserie Leconte a commencé à vendre des macarons au Japon pour la première fois. C’est très populaire comme cadeau au Japon parce qu’il y a beaucoup de couleurs et de goûts.

Photo0356.jpgPhoto0363.jpg

 

laissez vous guidez par toutes c'est tentation ,donnez vos avis personnel 

 

merci d'être passer sur mon blog !! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article